La campagne de vaccination contre le Covid-19 en Belgique

Actualités

Catégorie Actualités
La campagne de vaccination contre le Covid-19 en Belgique
La campagne de vaccination contre le Covid-19 en Belgique

Le coronavirus  préoccupe le monde depuis près d'un an. La patience de la population mondiale a été considérablement mise à l'épreuve au cours de l'année écoulée. Mais les premiers vaccins ont maintenant été approuvés et administrés, également en Belgique. Au cours de cette campagne de vaccination contre le Covid-19, les résidents et le personnel des maisons de repos ainsi que le personnel soignant seront vaccinés en premier.

 

Comment se déroule la campagne de vaccination en Belgique ?

 

En Belgique, trois premières personnes ont été vaccinées contre le Covid-19 le lundi 28 décembre 2020. Il s’agit de résidents de trois maisons de repos différentes de Belgique. Cette étape a marqué le début de la première phase de la campagne de vaccination belge contre le Covid-19. Sur l'avis du Conseil supérieur de la santé, le gouvernement belge, comme celui de plusieurs pays européens, a choisi de vacciner d'abord les groupes les plus vulnérables exposés au Covid-19. Ces groupes comprennent les personnes âgées de plus de 65 ans ainsi que les résidents de maisons de repos et de soins. Dans la première semaine de janvier, 81 maisons de repos en Wallonie, 51 en région bruxelloise et 42 maisons de repos en Flandre ont été concernées par la campagne de vaccination. 

La vaccination des résidents et du personnel de maisons de repos devrait durer trois semaines et se finir début février. Durant ce laps de temps quelque 1426 autres maisons de repos du pays auront reçu le vaccin. En effet toutes les maisons ne reçoivent pas le vaccin en même temps et certaines doivent faire preuve de davantage de patience mais restent tout de même prioritaires sur le reste de la population. 

On espère ainsi que d’ici la  fin du mois de février, tous les résidents et l’ensemble du personnel des maisons de repos et de soins de Belgique auront été vaccinés. La deuxième étape de la campagne de vaccination débutera au mois de mars et concernera le personnel hospitalier et le personnel de première ligne, à savoir, les médecins généralistes, les pharmaciens et autres professions médicales. Quant à eux, les plus de 65 ans auront accès au vaccin anti-Covid durant les mois d’avril et de mai en même temps que les personnes âgées de 45 à 65 ans mais présentant des comorbidités ou maladies chroniques. Le reste de la population belge pourra être vacciné en juin. La Belgique espère que 70% de la population sera vaccinée d'ici septembre 2021.

 

L’immunité collective

 

Les vaccins contre le Covid-19 suscitent beaucoup d’espoir. Par leur biais, les gouvernements visent l'immunité collective de la population. Plus les gens sont immunisés contre le coronavirus, moins il est susceptible de se propager. Ce n'est que lorsque nous aurons atteint cette immunité collective que les mesures pourront vraiment être assouplies. Notons qu'en plus des personnes âgées, cette immunité de groupe protège également les personnes vulnérables qui ne peuvent pas forcément être vaccinées, comme les personnes atteintes d’un cancer pendant la durée d’un traitement invasif et les femmes enceintes. Tant que de nombreuses personnes sont encore sensibles au virus du Covid-19, il est peu probable qu'une troisième vague soit évitable.

 

Quels sont les vaccins disponibles contre le Covid-19 ?

 

Le 21 décembre 2020, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a émis un avis positif sur le vaccin BioNTech / Pfizer et a ensuite autorisé la Commission européenne à administrer le vaccin aux citoyens des États membres de l'UE. Concernant la logistique, le vaccin Pfizer rencontre encore quelques difficultés. Le vaccin doit être conservé à une température de -70 degrés. Par la suite, le 6 janvier 2021, l'EMA et l'Union européenne ont donné leur feu vert pour l'utilisation du vaccin élaboré par le géant américain Moderna. Fin janvier, la Belgique devrait déjà en recevoir une quantité limitée. 

A l’heure actuelle, nous attendons également avec impatience les résultats concernant le vaccin développé par Astra Zeneca. Ce vaccin est moins cher et, comme le vaccin Moderna, il peut être conservé à des températures normales. Malheureusement, il est peu probable que ce vaccin soit disponible sur le marché européen avant le mois de mars. Enfin, la Belgique a également commandé des stocks de vaccins Johnson & Johnson et CureVac qui sont encore en développement. L'approbation de ces vaccins est attendue pour le printemps 2021.

 

Comment fonctionnent les vaccins anti-Covid ?

Généralement, le vaccin est une variante atténuée du virus qui est injectée dans le corps. Cela ne rend pas malade, mais le corps des personnes vaccinées est alors en mesure de fabriquer des anticorps. De cette manière, l’organisme apprend à se défendre contre le virus, de sorte que la personne tombe moins ou pas malade en cas d'infection réelle par le virus. En ce qui concerne les premiers vaccins autorisés pour le moment par l’Agence européenne des médicaments, à savoir celui de Pfizer et celui de Moderna, le principe est différent. Il s’agit de vaccins dits à "ARN”. Cette technologie est la plus révolutionnaire. Simple et rapide, elle permet une production à grande échelle en un laps de temps record. Elle vise à retranscrire l’information génétique d’une partie du virus ayant pour effet de provoquer la production de la fameuse protéine S par la personne vaccinée elle-même. Il existe d’autres stratégies vaccinales et notamment celle utilisée pour le vaccin d’Oxford, à savoir, les vaccins à vecteurs viraux, dont la technique a, par exemple, servi à stopper l’épidémie d’Ebola en Afrique. Ce type de vaccins utilise un autre virus inoffensif pour transporter la portion de code du Sars-CoV-2  permettant de créer la production de la protéine S, protectrice du virus. Le Royaume-Uni est le premier pays à avoir autorisé l'utilisation du vaccin d'Oxford-AstraZeneca contre le Covid-19, après celui de Pfizer.  

Comme pour les vaccins de Pfizer et Moderna, les essais cliniques concernant l’AstraZeneca ont montré que deux doses étaient nécessaires pour obtenir une immunité satisfaisante. Ainsi, le Pfizer protège efficacement après 2 injections, avec une période intermédiaire de 3 semaines. Pour le vaccin Moderna, il existe une période intermédiaire de 4 semaines. A l’heure actuelle, la recherche n’a pas permis de déterminer avec certitude si, à l’avenir, nous devrons nous vacciner contre le coronavirus chaque année.

 

La fiabilité des vaccins anti-Covid

Cependant, la population, y compris les résidents des différents établissements pour personnes âgées, restent méfiants. Ces réticences proviennent surtout de la manière avec laquelle est menée la campagne de vaccination.  Ces premiers vaccins ont en effet été approuvés beaucoup plus rapidement que ce à quoi nous sommes habitués pour les procédures standard de recherche de médicaments. Les vaccins anti-Covid-19 actuels sont-ils fiables ou vaut-il mieux attendre de voir si des complications inattendues ne se produisent pas?

 

On peut être rassuré sur le fait que les vaccins Covid-19 administrés dans les États membres de l'UE sont sûrs. Il est vrai que les vaccins utilisés aujourd'hui ont été accélérés dans leur développement, leurs tests et leur approbation. Cependant, cela ne signifie pas que les vaccins ne sont pas fiables. Au contraire, les vaccins doivent répondre aux mêmes exigences de qualité, de sécurité et d'efficacité que tout autre médicament. La rapidité avec laquelle le processus de développement des vaccins Covid-19 a progressé est principalement due au fait que les institutions de recherche impliquées, les fabricants de vaccins et les gouvernements ont donné la priorité au développement d'un vaccin contre le coronavirus et, comme nous l’avons indiqué plus haut, grâce aux nouvelles stratégies utilisées notamment par les deux premiers vaccins autorisés à l’heure actuelle en Europe, Pfizer et Moderna. En outre, il est particulièrement important que les personnes âgées et les résidents des maisons de repos se rendent compte que l'infection par le Covid-19 comporte de nombreux risques. Les autorités sanitaires rappellent l’importance de ces risques par rapport aux effets secondaires minimes que les vaccins ont eu sur les personnes vaccinées à ce jour. 

 

Les conseillers de Retraite Plus sont en contact direct avec les maisons de repos en Belgique. Ils peuvent informer les familles sur les établissements qui ne connaissent aucun cas de coronavirus et ceux qui  acceptent de nouveaux résidents et dans quelles conditions. De plus, nos conseillers sont conscients des différentes mesures qui s'appliquent à chaque structure. 

Vous souhaitez davantage d'informations sur l’une des maisons de repos de votre région ou désirez être guidé dans votre recherche d'une solution de maison de repos adaptée? N'hésitez pas à consulter l'un de nos conseillers au numéro local : 02 318 04 78.

 

Rédaction : Rachel Gaillard
14 janvier 2021, à 14h56

Partagez cet article :



Trouvez un hébergement adapté pour personne âgée